Emergence, la propriété universelle qui nous façonne, nous et notre monde

[Permacomptabilité/Philosophie]


Inspiré de l'article "Emergence" de Bruno Marion

Décembre 2021


Deux concepts travaillent main dans la main : le chaos, la théorie scientifique selon laquelle l'imprévisibilité est la seule réalité prévisible, et la complexité, le processus par lequel l'adaptation mène à l'évolution.


Plus précisément, alors que le chaos concerne les résultats imprévisibles qui se développent lorsqu'un papillon bat des ailes dans une région éloignée et que des événements apparemment sans rapport se produisent dans des endroits éloignés, nous pourrions dire que la complexité est le processus par lequel les systèmes s'adaptent aux événements causés par le chaos.


À mesure que les systèmes évoluent, ce qui était autrefois impensable devient souvent la norme, le temporaire devient structurel ou permanent. Une émergence s'est produite.


Selon la théorie du chaos et parce qu'il n'y a jamais eu autant d'humains et que nous n'avons jamais été aussi connectés, nous sommes peut-être à la veille d'un incroyable effondrement de civilisation… ou alors mieux : d'une incroyable percée de civilisation, c'est-à-dire d'émergence.



Notre civilisation actuelle pourrait s'effondrer et/ou une nouvelle civilisation plus complexe pourrait

« émerger ».



Plus complexe ?


Que signifie complexité ?

Très vaguement « plus complexe » pourrait être défini par un 1 avec un « petit plus ». La chose qui fait des molécules non seulement 1 tas d'atomes, mais "1 tas d'atomes avec un petit plus". Idem pour les cellules vivantes : les cellules vivantes sont constituées de molécules plus un « petit plus ». Ce petit plus, c'est la complexité.

Une nouvelle civilisation émergente, selon la théorie du chaos, serait plus complexe, c'est-à-dire qu'elle aurait ce fameux « petit plus ».


Ce petit plus de complexité, c'est ce qu'on appelle aussi l'émergence.


Alors la grande question est :

Comment trouver ce petit plus, ce saut de complexité ? Pouvons-nous nous-mêmes le créer ?


Emergence


L'émergence vient de l'étude de systèmes adaptatifs complexes (colonies de fourmis, réseaux de neurones, système immunitaire, Internet, économie mondiale). Il décrit des systèmes dont le comportement complexe est plus que la somme de ses parties simples.


Pensez à une graine — d'une manière ou d'une autre, elle contient des spécifications pour des variations illimitées de structures des milliers de fois sa taille (exemple du baobab). Bon nombre des phénomènes les plus importants et les moins compris au monde présentent des propriétés émergentes, de la conscience à l'intelligence en passant par l'éthique et la vie elle-même.


L'émergence est l'interaction spontanée et inattendue entre des parties de systèmes très vastes et complexes qui entraînent des changements dans l'ensemble du système.


Les cellules qui composent votre cerveau sont-elles intelligentes d'elles-mêmes ? Qu'en est-il des protéines qui composent ces cellules ? Ou les molécules qui forment ces protéines ? À quel moment un groupe de neurones commence-t-il à devenir intelligent ?

Ce modèle de complexité résultant de la simplicité peut être trouvé dans tous les coins de l'univers, du plus petit atome à la grandeur de l'espace.


Cette vidéo (en anglais) peut aussi vous aider à comprendre le concept d'émergence.



En termes simples, l'émergence ou l'évolution signifie que quelque chose vient à l'existence qui n'a pas existé auparavant sous cette forme. Nous pouvons parler de choses encore incréées.


Ces nouvelles formes ne sont pas seulement la somme de leurs parties. Elles présentent des propriétés entièrement nouvelles qui sont complètement différentes de leurs éléments constitutifs et ne peuvent y être réduites.


Cette génération de nouveautés s'appelle l'émergence.


Par exemple, les molécules d'eau (H2O) ont des propriétés totalement différentes de celles de leurs éléments constitutifs ; elles sont une co-création émergeant de deux atomes d'hydrogène et d'un atome d'oxygène.


L'émergence ne nous entoure pas seulement dans le monde non vivant ; c'est aussi la dynamique clé des organismes vivants, par exemple lorsque les expressions géniques co-créent des molécules ou que les cellules co-créent des organes.


De même, une signification (et un symbole) très différente émerge de la combinaison des lettres f, l, o, w, e et r, épelant le mot fleur en anglais, qui signifie une certaine plante dans une certaine culture.


Plus vient de moins


En d'autres termes, l'émergence signifie que plus vient de moins.


L'expression la plus familière pour exprimer cette compréhension est peut-être de dire que le tout est plus grand que la somme de ses parties.



Un nouveau monde émergent ou une nouvelle civilisation ?


Alors, pouvons-nous créer notre propre émergence ?
Comment concevons-nous une émergence positive dans un système dynamique complexe comme notre vie, notre humanité ?

D'une part, il est vital d'accepter pleinement l'incertitude, l'ignorance et l'imprévisibilité jusqu'à une profonde humilité. D'autre part, nous devons choisir d'agir avec la conviction que nous pouvons concevoir une émergence positive dans des systèmes complexes même si ce n'est pas une science exacte, et que nous ne pouvons pas savoir avec certitude comment nos efforts vont affecter le changement transformatif.


Lorsque l'émergence des molécules s'est produite, aucun atome n'a écrit un livre sur la possibilité d'effondrement ou d'émergence. Idem pour les autres émergences telles que les cellules, les organismes vivants, etc.


Jusqu'à récemment, les sciences du chaos ou de la complexité étudiaient des systèmes d'un niveau de conscience plutôt faible comme les bactéries, les fourmis, les termites ou la simple simulation informatique (« automates »). L'émergence ou l'effondrement ont donc été étudiés avec des « agents » d'un niveau de conscience plutôt bas.


La plupart des lois découvertes s'appliquent alors à de nombreux systèmes, y compris les systèmes dits "humains".


Dans ce changement permanent, nous supposons que notre niveau de conscience ou notre capacité à faire des choix sont plus élevés que ceux d'une bactérie ou d'un termite.