Leadership dans les systèmes vivants


La vie est par nature créative. Contrairement aux systèmes mécaniques, la nature résout ses problèmes en passant à de nouveaux niveaux où les problèmes ne sont plus des problèmes. Ceci est au cœur du leadership dans les systèmes vivants. Il n'y a pas d'opérateur prévoyant. Chaque membre joue son rôle unique pour faire avancer l'ensemble.


Quiconque a déjà pratiqué un sport d'équipe ou dans un groupe sait comment cela fonctionne. Il y a une vision unificatrice de ce que vous essayez de faire, où vous essayez d'aller, et un sens clair du rôle essentiel de chaque acteur en son sein. Nous nous regardons attentivement les uns les autres, recherchant des opportunités pour mettre en place, soutenir ou capitaliser sur les actions de nos coéquipiers. Nous tirons nos indices les uns des autres, de notre contexte dans le fonctionnement et le jeu de l'ensemble, et de notre propre boussole intérieure. Ce n'est pas une simple coopération comme les pièces d'une machine. Les meilleurs groupes et équipes sont animés par des tensions et des dynamiques internes qui poussent chaque joueur au-delà de ses capacités connues pour créer quelque chose de bien plus grand que la somme des parties (voir holomorphisme).



Tenant mon bébé dans mes bras une nuit alors qu'il dormait, je me questionnais : comment je m'y prendrai pour fabriquer un corps comme le sien ? Ayant construit des choses toute ma vie, cela semblait simple. Je commencerais par l'encadrer, en joignant ses os entre eux à l'aide de ses muscles, tendons et ligaments. Ensuite, je faisais courir ses artères et ses veines, son système nerveux, installais tous ses organes, le mettais dans la peau, le remplissais de sang, un peu de nourriture et d'eau et le démarrais, peut-être avec une étincelle de câbles de démarrage. Bien sûr, je n'ai rien fait de tel, mais cette expérience de pensée frankensteinienne a révélé la mécanicité de mon propre esprit et la différence entre la façon dont nous pensons et fabriquons les choses, et la façon dont le monde vivant crée.


Tout ce que nous fabriquons est conçu et construit avant de commencer à exécuter les processus pour lesquels il a été conçu. Nos voitures, maisons, entreprises, écoles, programmes sont tous structurés avant d'être exécutés. Comme le corps de mon fils - tous nos corps d'ailleurs - toutes les structures vivantes sont construites en faisant ce pour quoi elles ont été créées. Son corps a été fabriqué en métabolisant les nutriments, l'eau et l'oxygène et en se déplaçant, comme il l'est aujourd'hui. La rivière n'a pas été creusée puis remplie d'eau. La rivière qui coule a fait la rivière. L'échafaudage ramifié de l'arbre n'a pas été construit avant qu'il ne transporte l'eau et les nutriments dans le ciel et les sucres dans les racines. L'arbre a construit son corps en ajoutant couche après couche de carbone pris du ciel par photosynthèse, à partir du moment où il a lancé ses feuilles dans l'air et ses racines dans la terre.


La fabrication peut avoir besoin d'un superviseur. La croissance n'en a pas besoin. Pour voir, penser et bien travailler avec cette création vivante dont nous avons la chance d'être parties prenantes, il est essentiel de ne pas penser comme un ingénieur et de diriger comme un lieutenant, mais de penser comme une montagne et de diriger comme une feuille.

Aldo Leopold (1887-1948), le père de l'écologie de la restauration et du National Wilderness System, a travaillé comme cow-boy au Nouveau-Mexique et en Arizona quand il était jeune. Il raconte une histoire de chevauchée avec un ami un jour où ils ont vu un gros animal traverser un ruisseau à la nage. Au début, ils l'ont confondue avec un cerf jusqu'à ce que, grimpant sur l'autre rive, ils ont vu qu'elle était une louve et qu'elle avait été accueillie avec empressement par ses chiots d'un an.


Étant des chasseurs, ils avaient appris l'équation simple selon laquelle "moins de prédateurs signifieraient plus de gibier, et aucun prédateur ne signifierait un paradis pour les chasseurs". Alors, tirant leurs fusils de leurs fourreaux, ils ont abattu tous les loups.


En arrivant de l'autre côté, Léopold vit quelque chose dans les yeux du loup mourant qui changea sa vie : un « feu vert sauvage » qui lui apprit à « penser comme une montagne ». C'est à ce moment qu'il réalisa que chaque montagne vit dans la terreur mortelle de son troupeau de cerfs. Sans les loups pourchassant et mangeant les cerfs, la montagne serait dévorée jusqu'au bout, les sols emportés, les rivières inondées puis desséchées par la sécheresse. Tous mourraient de faim, y compris les cerfs et les chasseurs.


Nous sommes tellement confus en pensant au monde vivant en termes de force, de masse et de vitesse que même nos prières sont confuses. Si le lion se couche avec l'agneau, cela ne signifiera pas la paix mais la fin de nous tous. À moins que le lion ne joue son rôle, le mouton, comme le cerf abandonné, nous affamera tous.


Nos problèmes écologiques ne sont pas causés par le fait que les humains sont mauvais ou sans appartenance, mais parce que nous sommes confus quant à notre rôle et à notre place dans la vie de l'ensemble. Nous sommes tellement habitués aux machines et au monde mécanique de la physique newtonienne que nous pouvons à peine penser à la manière d'aborder les problèmes d'un monde vivant.

Nous essayons de les réparer comme nous le ferions avec un vieux camion : nous identifions la pièce défectueuse responsable du problème et la réparons, la remplaçons ou la supprimons. C'est notre approche générale de tout, de la médecine à la politique étrangère en passant par la justice. Nous essayons de faire réformer les tumeurs, les dictateurs et autres « méchants » ou nous les remplaçons simplement. Ensuite, nous sommes continuellement surpris lorsque de nouvelles tumeurs, symptômes ou méchants surviennent rapidement pour prendre leur place. Changer la manifestation des systèmes vivants sans changer les schémas causaux sous-jacents sera toujours une bataille difficile, et cela nous emmène souvent dans la mauvaise direction, comme si on collait avec de la Superglue les fissures d'une coquille d'œuf en éclosion.


>>> Nos échecs dans ce monde vivant sont toujours des échecs d'imagination.


La vie est par nature créative. Elle ne recule jamais mais va seulement en avant. La réparation ou la restauration peut fonctionner pour les chaises anciennes mais pas pour les écosystèmes, les œufs ou les pays. Ils ne seront plus jamais ce qu'ils étaient, pas plus que vous ne serez jamais plus un adolescent.


Les systèmes vivants, qu'il s'agisse d'organismes ou d'organisations, d'écosystèmes ou de systèmes économiques, résolvent leurs problèmes non pas en les « réparant » mais en les dépassant. Le poussin en maturation, à court de nourriture et d'espace dans son œuf, n'en consomme pas plus que nécessaire, ou ne sort pas à l'extérieur pour consommer. Il ne répare pas sa carapace qui craque mais utilise cette rupture pour la percer et émerger dans un autre monde, un monde d'air et de lumière où ses parents le nourrissent. Ensuite, lorsque le poussin et ses frères et sœurs dépassent le nid, et la capacité de leurs parents à les nourrir, ils s'envolent et s'envolent, dans le monde plus vaste où ils peuvent se nourrir et migrer vers des climats plus favorables au fil des saisons.


L'échec de la coquille n'est pas une catastrophe. Il marque le passage réussi d'une étape, d'une marche, d'une couche.


Dans son remarquable livre Tending the Wild, l'ethnobotaniste Kat Anderson montre comment les autochtones de Californie ont réfléchi leur approvisionnement en nourriture, en fibres, leurs abris et leur énergie, de manière à augmenter la diversité des espèces et la productivité de leur terre. Contrairement à l'histoire que nous connaissons où les humains détruisent la terre pour vivre, ceux-ci mirent l'accent sur la co-évolution avec des écosystèmes riches et plus complexes. Fut une époque, il s'avère que c'était vrai sur toute la planète, c'est le rôle des êtres humains dans les systèmes vivants. Notre tendance à perturber les systèmes vivants est notre cadeau, pas notre malédiction. Nous ne nous sommes tout simplement pas concentrés dessus ou ne l'avons pas bien utilisé.


Partout dans le monde, les humains ont utilisé les perturbations écologiques pour faire évoluer les écosystèmes. Nous avons utilisé le feu, les inondations, le découpage, le creusement et le ramassage. La clé est quand, où et combien.

Les peuples autochtones résidant sur ce qui est maintenant connu sous le nom de nord-est des États-Unis utilisaient des brûlages périodiques pour :

  • nettoyer le sol forestier des bâtons et des broussailles ;

  • encourager la croissance des jeunes pousses droites qui pourraient être utilisées pour concevoir des paniers et des flèches ;

  • éliminer les tiques et autres insectes indésirables ;

  • ainsi que pour tuer les hêtres et les érables à écorce mince tout en encourageant la croissance des arbres à noix comme le châtaignier, le chêne, le caryer, le noyer cendré et la noix de pécan.

Cela a nourri non seulement leur peuple, mais aussi le cerf, l'ours et la dinde.