La méta-vision au sein du processus de design permacomptable 8K


[PERMACOMPTABILITE/BOITE A OUTILS]

Auteur : Charles Judes - Juillet 2021


La nécessaire pratique de la méta-vision au sein d'une gestion de projet à 8 formes de capitaux


La méta-vision est une vue qui embrasse ce qui est au-dessus, au-dessous, autour et à l'intérieur. Cela peut aussi être appelé « holistique ». L'holisme est caractérisé par la croyance que les parties de quelque chose sont intimement liés et ne s'expliquent que par référence au tout.


Il semble que le holisme n'ait pas trouvé sa place facilement dans le monde universitaire, cependant pour les cultures traditionnelles, il était intrinsèquement compris comme faisant partie du processus.


C'est en contraste avec l'approche réductionniste scientifique moderne que le holisme a vu un retour.

David Bohm, physicien lauréat d'un prix Nobel a écrit :


La fragmentation est maintenant très répandue non seulement dans toute la société, mais aussi dans chaque individu ; et cela conduit à une sorte de confusion générale de l'esprit, qui crée une série infinie de problèmes et d'interfaces avec notre clarté de perception au sérieux pour nous empêcher de pouvoir résoudre la plupart d'entre eux. (Bohm, D.;1980, p.1)


Que ce soit pour une organisation naissante ou pour une organisation déjà conçue, à visée régénérative, une étape intermédiaire au sein du processus de gestion de projet est appelé activation de la boussole 8K. Il s'agit du moment où le détachement des certitudes internes est suffisant pour permettre l'activation d'une méta-vision (et permettre alors d'optimiser équilibrages et rééquilibrages 8K individuels et collectifs, internes et externes).

En effet, la vision du monde chez chacun d'entre nous est composée d'un assemblage de représentations qui tirent leur origine de notre bagage culturel (famille, éducation, pays, langue,…), de nos expériences de vie, personnelles et professionnelles. Tout cela est présent ou totalement inconscient au quotidien.

Cette vision du monde a un effet sur nos relations aux autres et dans l'exercice de nos métiers, impactant alors directement notre gouvernance, et nos capacités de pilotage holistique.

Cette incidence influence, parfois négativement, la qualité des relations intérieures (collaborateurs) et extérieures (partenaires commerciaux) et vient alors atténuer le champ de force de l'ensemble organisationnel, ceci entrainant alors des polarités non neutres.

C'est dire à quel point prendre du recul par rapport aux situations et surtout par rapport à nous-mêmes est une donnée intangible dans le cœur du design en permacomptabilité.


Une vision de la démarche du permacomptable


S'agissant d'intervention dans le monde des Organisations, il est possible d'admettre le design en permacomptabilité comme une manière d'accompagner une personne dans l'exploration de ses capabilités écosystémiques visibles et invisibles (voir capabilités : Martha Nussbaum https://fr.wikipedia.org/wiki/Capabilit%C3%A9), à savoir sa capacité à résoudre les déséquilibres intérieurs/extérieurs envers les 8 capitaux (Capital Vivant, Capital Intellectuel, Capital Matériel, Capital Spirituel, Capital Culturel, Capital Social, Capital Financier, Capital Expérientiel).


Car celle-ci est normalement en lien avec d'autres personnes, comme son équipe d'appartenance, et plus largement avec l'Organisation tout entière dont il est porteur des finalités et de l'ambition. C'est dans cet ensemble que le permacomptable situe son intervention. Une entreprise régénérative intègre ainsi pleinement le niveau d'échelle individuel au sein du collectif.


La posture du permacomptable exige d'agir dans le neutre et de systématiquement recentrer les polarités.

Par exemple, la représentation d'un contexte au sein d'un collectif tient compte :

- des réalités individuelles (valeurs, émotions, besoins, croyances, vécu) ;

- du réel perçu par les sens qui structurent l'imaginaire et construisent les perceptions de façon

unique et exclusive ;

- du réel.

L'organisation et la consolidation de ces informations sensorielles et neurologiques par le permacomptable doit permettre de construire l'action et de générer des motivations pour agir sur le contexte désigné.

Il va s'agir pour le permacomptable, à partir de l'analyse des interactions, d'induire une transformation au cœur de la gestion de projet, en faisant appel au mode mental adaptatif * des individus au sein du collectif.


La position dite "Méta"


Cette posture du permacomptable doit prendre appui sur une position Méta, c'est-à-dire une capacité à communiquer sur la façon dont on communique, sur ce qui se passe dans la relation de travail à deux, avec la personne (ou avec un groupe).

Il s'agit, en continu, de faire l'aller et retour entre la position de facilitateur de la relation et d'observateur (sur le fonds et la forme) de deux personnes en train d'échanger.

Ce qui est une ambiguïté très lourde à assumer et pourtant incontournable.

Cette qualité pour un permacomptable, celle de cette écoute intérieure en "aller et retour", est très exigeante et oblige à une ascèse puissante quand il s'agit d'être à l'écoute de la vision de l'organisation accompagnée et que l'interaction "à deux" ait lieu.

En effet, pour que la compréhension de l'autre se produise, il devient nécessaire de mettre de côté sa propre perception (idem pour l'accompagné chez qui la position Méta intervient à l'étape boussole 8K) et de croire dans l'authenticité et la logique de celui-ci.

Cette qualité de Méta-communication peut être illustrée par l'image de la toupie capable de tout voir et en même temps de ne rien faire, en étant simplement dans une qualité d'être.


Les incidences de cette position Méta