L'effet d'ondulation, ou comprendre les conséquences majeures de nos actions mineures

Auteur : Charles Judes

Janvier 2022


"L'effet d'ondulation" est une métaphore abstraite pour décrire comment nos actions (ou nos non-actions) se répercutent dans le monde physique et social.

C'est une métaphore courante dans la littérature, mais qui n'a jamais été correctement définie et exposée comme un concept utile au-delà de la simple tournure de phrase.

En utilisant les théories et les modèles des systèmes, de la cybernétique et des réseaux du monde globalisé, cela pourrait agrandir avec succès le champ de l'expérience.


En tant que métaphore littéraire, cet effet a un potentiel sous-utilisé dans le discours public du "village monde". La simple suggestion de mesurer ce concept peut rebuter les chercheurs car cela implique une pure incalculabilité des effets indirects. Nous parlons de véritables effets d'ondulation multidimensionnels dans les systèmes sociaux, il ne s'agit pas là que d'un étang aux eaux tranquilles.


Néanmoins, cela ne rend pas la contemplation de nos propres actions moins importante ou constructive, en particulier dans le contexte de l'effondrement continu du global et du local l'un dans l'autre. Étant donné le caractère poignant, l'utilité et l'actualité d'autres concepts connexes tels que "l'empreinte écologique", "l'empreinte carbone" et "l'empreinte hydrique", "l'effet d'ondulation" devrait être pris en compte pour le développement empirique en tant que mesure de son impact social sur le monde.


Parfois, nos actions ont des conséquences directement observables, mais pour la plupart, les effets de nos routines quotidiennes sont invisibles de manière intelligible. Nous voyons la dévastation environnementale mondiale et les conflits sociaux aux informations, mais nous restons complètement abasourdis quant à notre contribution à ces effets, et nous sommes tout aussi perdus de savoir comment faire une différence pour le mieux. Nous voyons réellement flou !



Alors que les risques auxquels nous sommes confrontés sont systémiques et apparemment hors de notre contrôle, à un certain niveau, il faut réduire la société à son unité individuelle : vous. À cet effet, le théoricien du risque Ulrich Beck écrit :

"Tout ce qui propulse le risque et le rend incalculable, ce qui provoque la crise institutionnelle au niveau du régime dirigeant et des marchés, fait basculer la responsabilité ultime de la prise de décision sur les individus, qui sont finalement livrés à eux-mêmes avec leurs connaissances partielles et biaisées, avec une indécidabilité et de multiples couches d'incertitude." —Ulrich Beck

Ici, il semblerait que nos effets d'ondulation soient si incalculables qu'il serait encombrant de s'arrêter et de les considérer. Les décideurs sont censés faire leur travail avec des informations incomplètes. Par conséquent, ils ne sont pas tenus responsables lorsque le climat dérègle la climatisation. Cela nous amène à prendre des décisions et à agir avec une sorte d'indifférence ou de conscience amorale. Plus précisément, la complexité de tout cela engendre une sorte d'ignorance volontaire. Dans ce sens, le célèbre sociologue Max Weber a écrit :


"Dans la grande majorité des cas, l'action réelle se déroule dans un état de demi-conscience inarticulée ou d'inconscience réelle de sa signification subjective. L'acteur est plus susceptible d'en "être conscient" dans un sens vague que de "savoir" ce qu'il fait ou d'en être explicitement conscient. Dans la plupart des cas, son action est régie par une impulsion ou une habitude." - Max Weber

Ainsi, la maxime "savoir c'est pouvoir" est largement incomplète. Tout d'abord, il est plus exact de dire que la connaissance est un pouvoir lorsqu'elle est appliquée de manière globale et méta, mais la formulation la plus élevée et la plus noble serait de dire que la vraie connaissance appliquée correctement conduit à un pouvoir qui est constructif et évolutif, et donc fondamentalement meilleur.


Enfin, elle n'est pas complète tant que nous ne comprenons pas de manière réflexive les effets positifs ou négatifs de notre pouvoir individuel et que nous ne réformons pas notre action en conséquence. Ainsi, le point de Weber met en évidence l'importance de la réflexivité individuelle. Par là, nous entendons que nous devons continuellement apprendre comment nous créons des effets d'ondulation, et quels sont les résultats directs et indirects qu'ils produisent.


Dans le village planétaire dans lequel nous vivons aujourd'hui, nous devons apprécier les effets de nos actions à la fois à l'échelle micro et macro. Notre simple participation à la société a des conséquences dans le monde entier. Le sociologue Norman Long écrit :

"des interactions et des décisions sociales particulières ont un effet d'ondulation sur des arènes sociales plus éloignées ou, au fil du temps, créent des ensembles émergents de relations qui forment des systèmes ou des champs d'action à plus grande échelle." — Norman Long

Cela ne fait que devenir plus vrai à mesure que l'intégration mondiale augmente et que la technologie réduit les aspects temporels et spatiaux du globe. Chaque individu est responsable des problèmes que nous co-créons. Nous devons assumer la responsabilité des effets d'ondulation que nous envoyons, provoquant les crises actuelles, même s'il est difficile de voir comment. Comme l'écrit Ulrich Beck,

"ce qui, au sens juridiquement pertinent, "cause" une pollution, ou une crise financière, est difficile à déterminer, car ces événements sont le résultat d'interactions entre de nombreux individus." —Ulrich Beck

Prendre ses responsabilités commence par une imagination sociologique et se poursuit en élargissant sa conscience de sa portée physique à la terre entière. Il est pratiquement impossible de nous dissocier des effets négatifs et des sous-produits de nos niveaux de consommation et de destruction, mais cette métaphore abstraite nous emmène loin pour prendre conscience et trouver des moyens de critiquer notre propre relation au monde.


Il convient également de mentionner que nous ne pouvons pas parler d'effets d'ondulation sans parler également de l'effet papillon, des points de basculement et des externalités négatives.



L'effet d'ondulation doit être distingué de "l'effet papillon", un terme de la théorie du chaos, qui stipule qu'une petite action dans un système complexe peut être amplifiée et produire de grands effets ailleurs dans le système. L'effet d'ondulation peut avoir une application plus relative dans l'examen de l'effet global des actions individuelles.


Par conséquent, les problèmes mondiaux tels que la pollution, la pauvreté, la corruption, l'ignorance systémique, qui ne sont causés par aucun acteur principal, peuvent s'expliquer par l'effet d'ondulation, basé sur l'autonomisation globale des individus. Un autre terme connexe est "l'effet domino" qui implique un transfert d'énergie newtonien dans un système linéaire.



Un point de basculement est également différent en ce sens qu'il peut faire référence au franchissement de seuils, à l'atteinte d'une masse critique ou à la viralité. Lorsque quelque chose atteint un point de basculement, les retours sur l'action peuvent être importants de manière inattendue et imprévisible, car d'autres faits du système catalysent et réagissent avec les entrées. Dans le contexte de la sociologie, un point de basculement indique un changement rapide de comportement d'un groupe, qu'il soit positif ou négatif. Nous devons atteindre un point de basculement dans la façon dont nous considérons nos effets d'ondulation.


En économie, une externalité négative est un coût supporté par une personne qui n'a rien à voir avec la transaction qui l'a créée. La pollution (de l'air) en est l'exemple type. Il y a des conséquences individuelles directes à cela (des personnes meurent d'exposition), mais le plus important est l'effet global abstrait. Le changement climatique anthropique est le résultat catastrophique ultime des milliards de petits actes de pollution.


La civilisation est profondément interconnectée et toutes nos actions envoient des effets d'ondulation dans le monde qui produisent une dévastation globale : inégalités, changement climatique, racisme, guerre, pauvreté, terrorisme, effondrement. Pour toutes ces choses, la complexité nous dépasse, et nous ne pouvons plus le permettre. Nous devons comprendre nos effets d'ondulation ou n'en créer aucun.


Cliquer ici pour voir l'effet d'ondulation en vidéo (Crédit : 🎥: Lauren Hoover)




DPC est un acteur pionnier dans la recherche fondamentale et appliquée à la régénération, centré sur le concept de Permacomptabilité 8K.


Si vous appréciez le travail que nous faisons, veuillez nous soutenir sur www.designpermacomptable.com.


Merci d'aimer et de partager cet article. Rejoignez et soutenez notre projet métamoderne en pleine croissance !